Printemps de Mycelium

Printemps de Mycelium

Mycelium entame sa quatrième année d’existence en constatant chaque jour l’importance de continuer :

Continuer à nourrir nos visions d’autres imaginaires que les imaginaires de croissance, de domination et d’exclusion qui imposent partout ou presque leur règles ;

Continuer à résister face aux destructions du vivant, face à la montée des mouvements anti-démocratiques et climato-sceptiques ;

Continuer à questionner nos certitudes et nos stratégies, sans jamais penser que nous détenons « la » vérité ;

Continuer enfin à prendre soin, de nous, de nos vulnérabilités, pour apprendre aussi à mieux prendre soin des autres que nous, humains et non-humains.

En ce début 2020, Mycelium continue aussi son action avec une stratégie dont les mots-clés sont : défricher, renforcer, élargir. Nous nous réjouissons de faire ce chemin avec vous!

Découvrez la Newsletter complète ici.

Formation à l’inclusivité et aux dominations systémiques

Formation à l’inclusivité et aux dominations systémiques

Vous êtes militant·e·s dans un mouvement écologique et vous vous posez des questions sur les rapports de domination ? Vous déplorez le manque de diversité dans vos espaces militants et ne comprenez pas pourquoi certains profils ne répondent pas à l’appel de la transition écologique. Vous vous sentez concerné·e·s par une plus grande justice sociale et souhaitez devenir un·e meilleur·e allié·e pour les groupes minoritaires ?

Pour répondre à ces questions , Mycelium propose, en partenariat avec le Réseau Transition et Rencontre des continents, une formation d’introduction à l’inclusivité et aux dominations systémiques!

Durant deux journées, nous tenterons de mieux comprendre les systèmes de domination (patriarcat, racisme, colonialité, classisme, hétérosexisme,…) et leurs interactions réciproques ainsi qu’avec la question écologique grâce à une grille de lecture pertinente (subaltern studies), une notion incontournable (intersectionnalité) et des sous-concepts très utiles à la compréhension des rapports sociaux ( privilèges sociaux, groupe dominant, groupe dominé, posture alliée, …).

A travers des exemples très concrets, nous nous pencherons ensuite sur ce qui se passe dans les espaces militants : la reproduction de rapports de domination, parfois même à l’insu des personnes concernées. Ce sera l’occasion de prendre un peu de hauteur en réfléchissant à notre position propre dans les rapports sociaux (dits structurels) et ce, dans un cadre ludique, bienveillant et de non-jugement.

Désormais mieux outillé·e·s, nous tenterons de comprendre pourquoi les espaces militants écologiques sont aussi peu investis par certains groupes dits minoritaires.

Nous échangerons, enfin, sur les bonnes pratiques d’inclusivité visant plus de justice sociale, tant au sein des espaces militants que, plus généralement, dans la société.

  • Intervenante

Hassina Semah est sociologue, psychologue clinicienne spécialisée en violences entre partenaires et violences interculturelles. Elle est diplômée en études de genre. Elle travaille actuellement dans un cabinet de l’Égalité des Genres et des chances, écrit pour les Grenades, le média féministe de la RTBF et donne des formations sur le genre et les systèmes de domination.

  • Modalités pratiques
    • Quand ? les samedis 25/04 et 09/05/2020, de 10h à 17h30
    • Où ? Carrefour 19, 19 Rue du Marteau à Bruxelles (Métro Arts-Loi)
    • Prix ? 30€ (tarif solidaire) ou 80€ (tarif de base). Ceci ne doit pas être un frein à votre participation et contactez-nous si nécessaire.
  • Inscriptions
    • Pour toute question ou pour vous inscrire, n’hésitez pas à envoyer un mail à Julien : julien@mycelium.cc
Projection / rencontre : Story Telling for Earthly Survival

Projection / rencontre : Story Telling for Earthly Survival

Quels récits pouvons-nous tisser face à l’accélération des destructions du vivant ? Comment dépasser les imaginaires de progrès ou d’apocalypse pour envisager des manières de vivre et lutter dans des mondes abîmés ? Quels liens pouvons-nous créer entre nos visions féministes, écologistes et décoloniales?

PointCulture Bruxelles et Mycelium vous proposent d’explorer ces questions en vous immergeant dans l’univers de Donna Haraway à travers le documentaire « Story Telling for an Earthly Survival » de Fabrizio Terranova.

Ce film est un portrait sensible d’une philosophe et de sa pensée, qui nous invite à regarder, penser et sentir autrement, à ouvrir plus largement nos imaginaires.

La projection du docu (1h15 min) sera suivie d’une conversation avec Rachel Hoekendijk, doctorante en philosophie à l’ULB, et Nathalie Grandjean, professeure de philosophie à l’université de Namur.

Infos pratiques :

PointCulture Bruxelles – le 26/03 à 18h30
Entrée gratuite sur inscription : julien@mycelium.cc

« Nous avons urgemment besoin de nouveaux récits ». C’est ainsi que peut se résumer la volonté féroce déployée par la philosophe Donna Haraway pour nous aider à sortir de l’impasse dans laquelle sont bloqués nos imaginaires, face aux catastrophes en cours et à venir.

Primatologue, féministe, philosophe des sciences, elle n’a cessé de démonter et questionner les cadres de pensée auxquels elle s’attaquait en montrant comment nous construisons en permanence l’idée de ce qui « est naturel » et en dénonçant l’hégémonie d’une vision patriarcale et coloniale de la science et de la nature.

Donna Haraway nous propose de quitter l’idée de « solution » à la catastrophe, et de chercher des manières plus ou moins pertinentes et enrichissantes de faire-avec, de collaborer avec d’autres êtres vivants et d’autres composants du monde qui nous accompagnent dans cette situation nouvelle. Elle nous ouvre à la complexité d’une pensée questionnant les distinctions nature-culture et humain-nature, fondements de notre vision “moderne” du monde. En convoquant la science-fiction, les « fabulations spéculatives» et les méduses, Donna Haraway offre une pensée très dense qui a ouvert le chemin à de nombreux.se.s autres qui explorent des visions écologistes dépassant le cadre de l’humanisme pour apprendre à co-habiter plus humblement avec le reste du vivant.